date, candidats et principales nouveautés de la campagne | Tchat rencontre



Plan Cul près de chez toi !

Tu trouveras sur ce site :

  • Des centaines de filles chaudes près de chez toi
  • Des rencontres d'un soir uniquement pour le Sexe
  • Des Coquines qui n'attendent que ça !

Pour ce rendre sur le site, Cliquez sur le bouton ci-dessous :


























Élections municipales 2020: date, candidats et principales nouveautés de la campagne

MUNICIPALES 2020 – Dans quelques mois, les conseils municipaux seront renouvelés. Informations pratiques, dates, mais aussi faits récents sur les campagnes dans les principaux points chauds … Voici le point complet des élections municipales de 2020.

  • Les dates des élections municipales ont été fixées les 15 et 22 mars 2020 dans les 36 000 communes de France, avec des modes de scrutin qui varient en fonction de la taille des villes.
  • Pour tous les partis politiques, ces 2020 municipales ont une valeur test: le LREM est confronté à sa première enquête locale; le PS et le LR veulent démontrer qu'ils ont toujours un réseau d'importants représentants élus locaux; LFI ne présentera pas de liste autonome; la RN ne devrait être imposée que dans une poignée de villes; EELV veut créer la surprise et s'imposer comme essentiel pour les futures majorités.
  • Paris, Marseille, Lyon, Toulouse, Lille, Bordeaux … Les points chauds sont nombreux, le municipal 2020 est assez incertain dans de nombreuses villes de France. Suivez les dernières nouvelles importantes dans notre flux et les informations pratiques via le résumé.

L’enquête donne à Gérard Collomb la première place au premier tour à Lyon

Nouvelles municipales du 31 octobre – À Lyon, le défi est à la portée de la ville et non de la mairie. Et il semble que Gérard Collomb, officiellement investi par LREM pour cette application, soit le favori. Une enquête menée par Opinion Way, menée du 15 au 19 octobre pour Lyon Mag et Jazz Radio, fournit les estimations suivantes: Gérard Collomb 30%; EELV 21%; François-Noël Buffet (LR) 18%; Andrea Kotarac (RN) 12% et David Kimelfeld 11%. Ce dernier, l'actuel président de la métropole, était un grand rival de Gérard Collomb et contestait l'investiture de la majorité.

France Insoumise présente ses premiers candidats

L'actualité municipale du 30 octobre – Le parti de Jean-Luc Mélenchon veut des listes ouvertes avec d'autres groupes politiques, mais il a déjà des lignes non négociables. Une liste des premiers candidats qui porteront la campagne dans les principales municipalités de France a été publiée. Nous trouvons investis par LFI: la liste "Nous décidons nous-mêmes" Danielle Simonnet à Paris; Nathalie Perrin-Gilbert à Lyon; Sophie Camard est soutenue à Marseille dans le cadre du syndicat "Printemps Marseille", avec une partie de PS, PCF, Generation-s; à Grenoble, LFI soutiendra le maire sortant Eric Piolle; à Nantes, LFI sera associé à un collectif de gauche et ne revendiquera pas le haut de la liste. Plus d'informations sur le site de la fête.

A Toulouse, Jean-Luc Moudenc est officiellement soutenu par le LREM

Nouvelles municipales du 29 octobre – A Toulouse, le parti d'Emmanuel Macron a finalement opté pour un soutien au maire sortant. En avril dernier, les dirigeants ont solennellement annoncé que tout candidat de droite susceptible de soutenir le candidat du parti aux élections européennes ne pourrait obtenir le soutien de la majorité. Jean-Luc Moudenc a demandé un vote pour François-Xavier Bellamy, mais on s'en fout … Le maire de Toulouse, élu avec le label UMP en 2014, est toujours en LR et serait à côté d'Edward Philippe. Il devrait figurer en haut de la liste des candidats au LREM et au LR. "Nous montrons que nous sommes capables de surmonter les divisions politiques nationales afin de converger dans l'intérêt de la communauté, chacun maintient son appartenance, mais un effort est fait pour surmonter les différences et se mettre d'accord sur un projet d'intérêt général", a justifié Jean -Luc Moudenc avec AFP. Christian Jacob appréciera.

A Marseille, la candidate Martine Vassal également sans investiture au LR

Nouvelles municipales du 28 octobre – Le président de la métropole d'Aix-Marseille-Provence et le département des Bouches-du-Rhône veulent devenir maire de Marseille, il se dit prêt à renoncer à son mandat dans les Bouches-du-Rhône. "On m'accuse de tout vouloir, mais j'ai toujours dit: je quitterai le conseil de comté si je suis maire", a assuré France Bleu. Et d'indiquer à la radio qu'elle entend aller au-delà de la logique de l'appareil municipal, c'est-à-dire sans investiture si nécessaire. "Je ne suis pas un parti problématique, je suis un problème de projet. Les Marseillais ne veulent pas de parti politique. Aujourd'hui, Métropolis et City sont connectés. Il est essentiel d'être sur les deux", dit-elle.

Une poussée verte vers les municipalités 2020?

La nouvelle des élections municipales du 25 octobre – Selon les derniers sondages, les écologistes semblent être bien placés pour ces élections, avec des intentions de vote proches ou supérieures à 20% pour les moyennes et grandes villes. Selon RTL, dans plusieurs municipalités, le parti Europe Ecology, les Verts, serait même sur le point de dépasser leurs scores aux dernières élections européennes. Déjà à la tête de Grenoble, qui semble être bien laissé à préserver, les écologistes sont également bien placés à Rouen après le scandale de la fabrique d’incendie de Lubrizol. Leurs partitions suivront également à Besançon, Strasbourg et Montpellier.

Pas de "liste non officielle" aux élections municipales de 2020

Nouvelles municipales du 24 octobre – Jean-Luc Mélenchon, invité de BFMTV, a fait le point sur la candidature de son parti aux élections municipales de 2020. Il a indiqué que le FLI signerait des accords de campagne. "Nous ne ferons pas une liste non fondée, nous devons être sur les listes, nous serons présents dans 90% des municipalités de plus de 20 000 habitants (…). Nous serons sur les listes, avec des collectifs. Il aura de nombreux en-têtes de liste non listés, mais il n'y aura pas de liste avec le drapeau "je suis rebelle", non, nous ne le ferons pas "; il a clarifié.

Le gouvernement parle dans les listes des communautés communales

L'actualité municipale du 23 octobre – Y a-t-il des listes de communautés en France? Au début de ce mois, le ministre de l'Intérieur a déclaré que "personne ne dit comme ça", alors que plusieurs responsables politiques soulignent les aspirations politiques de l'Union des Démocrates Musulmans Français (UDMF) pour la municipalité de 2020. Le sénateur Bruno Retailleau présentera même un projet de loi interdisant ces "listes communautaires" aux élections. "Ce n'est pas au gouvernement de décider qui a le droit de courir ou non", a déclaré Matignon hier, ajoutant: "Ne pouvons-nous rien faire?" Non, nous pouvons aller au combat en dénonçant le fait même que ces listes communautaires se rejoignent, nous ne nous endormirons pas en nous détournant du regard ". Nous nous souvenons que l'UDMF déclare" en tant que mouvement non confessionnel, laïque et profondément républicain ". Nagib Azergui, le fondateur du mouvement, il compare son initiative politique à celle de l'Union chrétienne démocrate en Allemagne ou à celle du Parti démocrate chrétien en France.

A Nice, une enquête offre à Estrosi loin devant ses concurrents

L'actualité municipale du 17 octobre – Ipsos Sopra-Steria a mené une enquête pour France Bleu, Franceinfo et Nice Matin, publiée jeudi. 38% des intentions de vote sont attribuées à Christian Estrosi au premier tour, même sans la nomination de son parti. L’enquête vérifie l’hypothèse d’une candidature de Eric Ciotti LR, qui ne récolterait que 24% des voix, avant qu’une liste des membres de gauche collectés (PS, EELV, PC et PRG) ne soit attribuée à 17%. La liste des infirmières autorisées de Philippe Vardon n’a crédité que 14% des intentions de vote. Le candidat Cédric Roussel ne recevra que 2% des suffrages, 4% s'il est officiellement investi par le LREM. Au cas où Eric Ciotti ne serait pas candidat, Christian Estrosi obtiendrait 51% des voix, ce qui lui donnerait un nouveau mandat à compter du 15 mars 2020.

Le FN invente un candidat pour Forbach

Nouvelle des élections municipales du 16 octobre – La fédération de FN à Forbach a publié un dépliant très surprenant: parmi les 3 personnes représentées figure une femme qui n’a absolument rien à voir avec le parti Marine Le Pen. Les concepteurs de flyers ont utilisé une photo prise à partir d'une banque d'images, comme l'a noté Libération. Le soutien de Florian Filippot, un ancien dirigeant du FN qui pourrait se présenter dans la ville, a mis le dépliant en ligne et a identifié le cliché utilisé.

Gérard Collomb investi par LREM pour la Métropole de Lyon

La nouvelle des élections municipales du 15 octobre – C'est par une déclaration officielle que le parti majoritaire publie son soutien auprès de l'actuel maire de Lyon. Le LREM remet ensuite l'investiture à Gérard Collomb pour la candidature à la métropole, mandat que ce dernier cherche à obtenir, préférant gérer l'agglomération que constitue la commune de Lyon. LREM a justifié sa décision en invoquant "fidélité à l'un des premiers partisans du président de la République" et "cohérence" d'un "élu local qui a personnellement dirigé la création de la métropole lyonnaise". David Kimelfeld, qui occupe actuellement le poste et fait partie du même parti, a déjà annoncé son intention de se présenter à la réélection malgré l'investiture accordée à Gérard Collomb.

La candidate insoumise Raquel Garrido à la mairie de Bagnolet?

L'actualité municipale du 14 octobre – Dans les colonnes du JDD, l'ancien porte-parole de la France insubordonnée, aujourd'hui chroniqueur au C8, indique qu'il souhaite faire la politique dans son département de Seine-Saint-Denis. Sera-ce un candidat pour Bagnolet? "Je suis disponible pour tout ce qui doit être fait pour le moment, ce n'est pas ainsi que le problème se pose. Lorsque nous commençons à demander à quelle position, tout pourrit", répond-il au JDD en précisant ses intentions: " Je voudrais choisir ma ville et montrer qu’à Bagnolet il est possible de faire autrement ". Et pour donner ce qui semble être les premières promesses de la campagne: "Nous devons donner des garanties, car le fait que tous les futurs élus Bagnoletes acceptent d'être révocables entre les élections. Vous pouvez organiser chaque année un référendum sur la politique municipale: par exemple, éviter ghettisation et organisation du brassage social, où créer un nouveau collège à Bagnolet? "

Un sondage sur les élections municipales à Bordeaux

L'actualité municipale du 9 octobre – Elabe a mené une enquête pour La Tribune, donnant au maire sortant les meilleures intentions de voter au premier tour, dans les deux hypothèses vérifiées. La liste environnementale reçoit 24,5% des voix et 30,5% si l’EELV entre dans le parti socialiste. Le candidat investi par LREM ne semble pas en mesure de gagner ces élections: Thomas Cazenave est en effet crédité entre 11,5 et 13% des voix.

Alexandre Benalla candidat à la mairie de Saint-Denis?

L'actualité municipale du 2 octobre – L'ancien employé d'Emmanuel Macron envisage de se présenter à Saint-Denis pour les élections municipales de mars 2020, selon le journal L & Opinion 39, qui lui assure qu'il "rencontre un réel succès lorsqu'il se rend à Aulnay, La Courneuve ou Saint-Denis ". "Les jeunes de troisième ou quatrième génération sont libéraux et sociaux: ils veulent sortir, gagner de l'argent et, en même temps, ils ont la fibre sociale, sachant que leurs parents et leurs grands-parents ont bénéficié de l'aide qui leur permet aujourd'hui qu’ils commencent et s’émancipent, et se retrouvent paradoxalement au tournant des valeurs familiales, les figures paternelles et maternelles sont très importantes, l’ordre et l’autorité ", analyse l’intéressé au journal.

En savoir plus

La campagne électorale municipale, comme celle de l'élection présidentielle, est toujours suivie par les Français qui ne se sont pas encore abstenus lorsqu'il est nécessaire d'élire leur maire. Des études montrent que les préoccupations locales sont fortes, mais la question de la municipalité dépasse les perspectives locales. Ces élections marqueront un changement qu'il est probablement difficile de négocier pour la majorité et constituera un test pour les partis d'opposition, qui compteront leurs points dans le nouveau paysage politique une fois que les nouveaux maires seront en poste. Certes, les élections européennes de 2019 ont déjà généré un nouvel équilibre des pouvoirs, avec la poussée du NR et la performance des écologistes, mais le résultat des élections municipales ouvrira une séquence complètement différente pour Emmanuel Macron.

Il a été signalé que le Président de la République pourrait entamer une nouvelle phase de son mandat cinq ans après les élections municipales, en donnant un nouvel élan et en proposant de nouveaux objectifs aux Français, afin de préparer sa réélection. Le parisien, qui s'appuie sur les aveux de ses proches Emmanuel Macron, a lancé l'hypothèse d'un remaniement et d'un changement de Premier ministre il y a quelques semaines à la mi-2020.

Le mandat de maire et de conseiller dure 6 ans. Les dernières élections municipales ont eu lieu les 23 et 30 mars 2014, les prochaines auront lieu 15 et 22 mars 2020. Les dates précises ont été communiquées, après la décision officielle du Conseil des ministres, en juillet.

Lors des élections municipales, les habitants d'une municipalité élisent les membres du conseil municipal pour une période de 6 ans, désignant ainsi le maire de la commune. Au cours de la campagne, les citoyens savent qui apporte les listes présentées et par conséquent, quel candidat pour atteindre ces objectifs est le maire. Depuis les élections municipales de 2014, le mode de scrutin est "proportionnel à la prime de la majorité" pour les communes de plus de 1000 habitants. Les candidats de chaque formation apparaissent dans des listes complètes que les électeurs ne peuvent pas modifier. Les listes avec au moins 10% des voix peuvent continuer au deuxième tour. Avec 5% des votes, les candidats d’une liste peuvent s’inscrire dans une autre liste. Pour les municipalités de moins de 1000 habitants, le vote est une "majorité plurinominale" avec un mélange: les citoyens peuvent voter pour des candidats de différentes listes.

Le nombre de candidats élus au conseil municipal varie selon le nombre d'habitants. A titre indicatif, le conseil municipal d'une ville de 5 000 à 10 000 habitants est composé de 29 élus; il y en a 43 dans une ville de 40 000 à 50 000 habitants ou 69 dans une ville de plus de 300 000 habitants. Il y a 73 conseillers à Lyon, 101 à Marseille et 163 à Paris.

Le parti majoritaire actuel, La République en Marche, n’existait pas lors des précédentes élections municipales. Pour le chef de l'Etat, pour le gouvernement et pour ce très jeune parti politique, ces premières élections locales sont un test. Lors des élections municipales de 2020, la République des Marches est-elle en mesure de s’implanter dans des conseils municipaux, de prendre des villes importantes, d’établir un nouvel équilibre des pouvoirs dans les territoires avec des partis traditionnels?

À Lyon, ville où le macronisme s'est répandu plus tôt et plus rapidement qu'ailleurs, Gérard Collomb pourrait être réélu avec le label LREM. A Paris, tout semble être ouvert: une victoire pour le parti d'Emmanuel Macron semblerait être une grande victoire politique pour la majorité, mais le candidat de la majorité doit faire face à la dissidence. Aujourd'hui, les observateurs se sont également tournés vers d'autres points chauds: Lille, Nantes, Rennes, Nice, Toulouse, Rouen et Strasbourg, villes où les ambitions de LREM sont déjà évidentes. Dans toutes les municipalités, les enjeux seront articulés, entre autres, autour des listes guidées par le LREM et des alliances qui pourraient être formées pour faire basculer les enquêtes.

Les élections municipales sont historiquement parmi les plus fréquentées. Pour voter, vous devez avoir 18 ans, être inscrit sur la liste électorale et être en possession de vos droits civils et politiques. Vous devez avoir la nationalité française ou celle d'un pays membre de l'Union européenne.

Anne Hidalgo défend probablement son budget et est représentée lors de ces élections municipales à Paris, pour un second mandat dans la capitale. En face d'elle, LREM a officiellement investi Benjamin Griveaux, un ancien porte-parole du gouvernement. Mais Cédric Villani, député du LREM de l’Essonne, est également candidat dissident. UDI a choisi de s'associer à Benjamin Griveaux. À droite, c'est Rachida Dati qui pourrait devenir candidate. EELV a choisi David Belliard, président du conseil de l'environnement du Conseil de Paris. France Insoumise peut compter sur Danielle Simonnet pour porter ses couleurs. Le Rallye National a choisi de soutenir la liste menée par Serge Federbusch, mais rien n’est vraiment arrêté. L’ancien conseiller de François Hollande, Gaspard Gantzer, cherche également le maire de Paris. Enfin, le parc des expositions Marcel Campion a également l’intention de présenter une liste. Plus d'informations sur la commune parisienne.

"Je ne serai pas candidat à un poste admissible, et si je peux aider, je verrai ce que je vais faire, mais je ne suis plus candidat pour rejoindre la mairie et la métropole", a déclaré le maire sortant Jean-Claude Gaudin sur France Bleu Provence en juin 2019, ajoutant: "Ce que je veux, c'est que le parti républicain ne soit pas déchiré en morceaux, mais qu'il soit déjà déchiré au niveau national, ce qui affaiblit notre formation politique. En outre, dans la mesure du possible, je jouerai le rôle de rassembleur." Martine Vassal, qui devrait bientôt formaliser sa candidature à la municipalité, a précisé qu'elle était en faveur d'un rapprochement de la loi avec LREM.

Il est peu probable que Jean-Luc Mélenchon, député de La France Insoumise de la ville, commence la course. À gauche, la sénatrice Samia Ghali pourrait être candidate. Stéphane Ravier, sénateur du rallye national, a lancé sa campagne il y a plusieurs mois, sans attendre l'investiture officielle du parti Marine Le Pen. Plus d'informations sur les élections municipales à Marseille.

Dans la capitale de la Gaule, la nomination de Gérard Collomb, officialisée à L & Express à la mi-septembre, n'a surpris personne. L'ancien ministre de l'Intérieur, qui a dû renoncer à ses fonctions locales en intégrant le gouvernement, a laissé un tollé à l'exécutif national à la fin du mois de septembre 2018 pour reprendre les ordres et la campagne de la municipalité. , pour commencer un nouveau mandat. Il n'est pas certain qu'il fasse campagne avec le label LREM. Le maire de Lyon compte également sur la reprise de la métropole, mais doit faire face aux inclinations de David Kimelfeld. Au Figaro, l'ancien bras droit de Gérard Collomb à Lyon, élu président de la métropole lyonnaise lors de la nomination du maire ministre de l'Intérieur, a indiqué qu'il envisageait de conserver son poste.

La socialiste Nathalie Perrin-Gilbert, maire du 1er arrondissement et ancien voisin Gérard Collomb, a annoncé début septembre 2019 qu'elle avait recherché l'hôtel de ville. Il a l'intention de présenter une candidature combinant plusieurs forces de gauche. Les écologistes de l'EELV ont l'intention de présenter une candidature autonome, mais n'ont pas encore officiellement désigné de candidat. À droite, Etienne Blanc est candidat à LR, il a enregistré le rassemblement de Pascal Blache en avril 2019. Plus d'informations sur les élections municipales à Lyon.

Début juillet 2018, Harris Interactive a mené une enquête auprès de l'Assemblée parlementaire nationale des chaînes afin de prendre le pouls de l'opinion publique lors des prochaines élections municipales. Si cette enquête doit être réalisée avec le plus grand soin – compte tenu de la date éloignée des votes et de l'agglomération des intentions de vote au niveau national – les premières indications sont éclairantes. 1674 personnes ont été interrogées dans des municipalités de plus de 10 000 habitants. Les meilleures intentions de vote sont LREM-Modem (27%), PS-EELV (19%) et LR (18%). Viennent ensuite, dans l’ordre: RN (13%), France Insoumise-PCF (9%), UDI (5%), France (5%).

À ParisSelon une enquête Ipsos réalisée pour Le Figaro et le LCI en septembre 2019, Anne Hidalgo est en tête du premier tour (24%), devant Benjamain Griveaux (19%) et Cédric Villani (15%). On trouvera ci-après les intentions de vote de Rachida Dati (13%) et de l'écologiste Belliard (11%).

À marseilleSelon un sondage Elabe pour BFMTV et La Tribune, publié le 27 septembre, les républicains et le rassemblement national dirigeraient les élections municipales de mars 2020, indépendamment du candidat républicain. En effet, la droite a deux candidats potentiels: Martine Vassal et Bruno Gilles. La République en mouvement est loin derrière. Ses deux candidats potentiels sont peu connus: le député Saïd Ahamada et l’universitaire et médecin Yvon Berland. Quant à la gauche, elle est fragmentée. La liste d'écologistes de la conseillère départementale Michèle Rubirola recueille entre 14 et 17,5% des intentions de vote.

À LyonSelon un sondage Opinion Way mené pour Lyon Mag et Jazz Radio à la mi-octobre, Gérard Collomb est clairement en tête du premier tour des élections métropolitaines, avec 30% des intentions de vote, devant EELV (21%), LR (18 %), FN (12%) et David Kimelfeld, président actuel de la métropole, ont obtenu 11% des voix.

Comment les sièges sont-ils attribués au conseil municipal? Tout dépend des résultats des élections. Dans les communes de plus de 1000 habitants, le nombre de sièges égal à la moitié du nombre de sièges à attribuer est initialement attribué à la liste. Par conséquent, les autres branches du conseil municipal sont réparties entre toutes les listes à représentation proportionnelle, selon la règle de la moyenne la plus élevée. Les listes n'ayant pas obtenu 5% des voix ne sont pas prises en compte dans la répartition des sièges.

Dans les communes de moins de 1000 habitants, les votes sont comptés individuellement pour chaque candidat, quelles que soient les listes. Un candidat peut être élu au premier tour des élections municipales s'il dispose de la majorité absolue des suffrages exprimés et d'un nombre de voix égal à au moins le quart du nombre des électeurs inscrits. Dans le second cas, la majorité relative suffit pour remporter les élections.

Article le plus lu – Macron parle des valeurs actuelles> Voir la news

date, candidats et principales nouveautés de la campagne | Tchat rencontre
4.9 (99%) 69 votes
 

Laisser un commentaire