En Ardèche, les anticléricaux s'opposent à la construction d'un clocher | Tchat rencontre



Plan Cul près de chez toi !

Tu trouveras sur ce site :

  • Des centaines de filles chaudes près de chez toi
  • Des rencontres d'un soir uniquement pour le Sexe
  • Des Coquines qui n'attendent que ça !

Pour ce rendre sur le site, Cliquez sur le bouton ci-dessous :

























C'est un clocher dans la nature. Parmi les marronniers, quelque part dans le parc naturel régional des montagnes de l'Ardèche, sur la commune de Saint-Pierre-de-Colombier. Sortant du feuillage, l'église de l'Immacolata di Maria révèle une grande nef pouvant accueillir jusqu'à 3 500 fidèles, autour de laquelle s'organise un ensemble architectural ressemblant à un nouveau village. Et puis, il y a cette grande place et cette agréable ruelle qui mène au bâtiment d'accueil de Saint-Joseph. Il dispose de 40 chambres et salles à manger. C est aussi le pont piétonnier qui mène au village. Et au milieu coule une rivière, la Bourges, un affluent de la Fontaulière. Sur les hauteurs, on peut voir les vestiges de fasses, les murs de ces terrasses cultivées depuis quelque temps en Ardèche et, surtout, Notre-Dame-des-Neiges, guide de tous les éclaireurs de France, dont la dévotion fait des pèlerins quelques milliers de catholiques chaque année, juste avant Noël, autour de sa statue blanche.

En dehors de la statue de la Vierge, cependant, et du décor de l'Ardèche, ce paysage n'est qu'une projection totale. La volonté de la famille missionnaire de Notre-Dame, communauté religieuse fondée en 1946 et composée de frères et sœurs et dont le charisme est "l'éducation des cœurs", est d'établir un véritable centre spirituel qui réponde aux ambitions du son fondateur, le père Lucien-Marie Dorne. "Une folie qui est aussi un acte de foi"a déclaré son frère Clément-Marie, qui a déclaré que tous les fonds nécessaires à la construction, provenant uniquement de dons, n'avaient pas encore été collectés. Mais l'église paroissiale est devenue trop petite et le pèlerinage organisé par la Famille missionnaire attire toujours plus de croyants pour qu'ils vénèrent et vénèrent la Vierge. Nous devrions pouvoir les accueillir en toute sécurité. Le permis de construire a été déposé le 29 juin 2018 et la première partie des travaux a commencé. Cependant, le projet pourrait ne pas voir le jour. Sur le pays de Clovis, la construction d'une église est devenue un véritable chemin de croix.

"Non à la catostrophe", "Non au fondamentaliste concret"on pouvait lire sur les pancartes des manifestants rassemblés le 10 août sur la place du village, située sous l'agglomération. Les véritables raisons ont fini par déborder de l'écologisme montré. C'est bien la Famille missionnaire de Notre-Dame qui est anticatholique, sobrement réunie autour de l'association des Amis de Bourges (sous forme d'écriture inclusive) et du site Web Stop Basilique, et non en particulier, comme j'aimerais le faire. croire, aux prévisions dangereuses de l’augmentation du trafic routier sur la RD 26 ou aux conséquences écologiques néfastes pour une espèce d’amphibiens protégée. Il s’agit de bloquer la route à tout ce qui pourrait ressembler à la construction d’un clocher proche ou éloigné. "Intégriste", l'épithète prête à sourire parmi les frères de la Famille missionnaire de Notre Dame. Le Père Bernard, supérieur des frères, nous rappelle de passer que, malheureusement pour leurs détracteurs, ils ne sont pas "Ni les fondamentalistes ni les progressistes, seulement dans les enseignements de Vatican II". Estimant que cela suffisait à réveiller tout ce que le plateau ardéchois et la vallée du Bas-Vivarais comptent comme militants à gauche et à l'extrême gauche depuis les années 70.

La bataille des prêtres et de la gauche est retardée de cinquante ans

Ceux-ci, bien sûr, ne manquent pas. Depuis 1968, l’Ardèche est une zone franche pour ceux qui rêvent d’un "retour à la terre" et luttent contre la grande capitale avec des subsides à la subsistance. Bienvenue à pays des hippiesdans un pays riche en hameaux repeuplés par ces nouvelles populations rurales passionnées par les plantations de chanvre, un Tibet libre ou une alimentation riche en conscience. Aujourd'hui, leurs descendants en désarmement, qui se déplacent encore dans une camionnette, se heurtent à la construction d'une église comme s'ils avaient été laissés derrière pendant cinquante ans. La bataille ordonnée des prêtres et de la gauche rappelle un gaulliste, obsolète, disparu de la France. Une nostalgie du parachute qui a séduit la presse locale. Et France 3, France Blue, sort le Dauphiné puis les éditoriaux parisiens des grands médias de gauche, dont la déception est connue pour les passions convenues. Le canard enchainé dans la tête.

Des filles aux zadistes, c’est un pas en avant. Mais, problème: contrairement au projet de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, le futur site ne prévoit pas d'argent public. Un par un, les arguments des adversaires sont balayés par la famille missionnaire. Ils ne voulaient même pas sacrifier la place de la ville, pas plus que le "Chemin des Chambons", un sentier rural fréquenté par les randonneurs. Cependant, spécifiez la commande, "Il convient de souligner que cette route n'a pas été utilisée depuis plusieurs décennies" .

Dans son grand bureau où il apparaît avec des personnalités du monde politique (Rama Yade, Laurent Wauquiez …), Jacques Alexandre sourit. Cet ancien conseiller général est toujours membre du conseil municipal. Selon lui, l'association Pour Association avenir de Saint-Pierre-de-Colombier, présidée par Daniel Calichon, l'un des Colombiens les plus connus contre le projet de la famille missionnaire, "Cela a amené de nombreux zadistes le 10 août. De nombreux fondamentalistes verts, anti-nucléaires, anti-combattants, proches de la confédération paysanne." Sur les 350 participants à l'événement, où personne n'était présent, seuls vingt venaient de Saint-Pierre.

Jacques Alexandre a vendu l'un des lots pour la construction du site de Notre-Dame-des-Neiges. D'autres ont également été achetés par Albert Soboul, maire de la ville pendant vingt-quatre ans, jusqu'en 1995. Véritable souvenir de la ville, il ne s'oppose pas non plus au projet. Seul le maire discret actuel, Gérard Far-Gier, a exercé divers droits élus en mars 2001. "Chaque année, plus de 100 000 voitures transitent par Saint-Pierre pour rejoindre le site touristique de la cascade Ray Pic et ne dérangent pas aucun ! ", nous soufflons également un résident local.

Le tribunal administratif a rejeté toutes les demandes des opposants

Les dernières fabriques de soie, une phase préliminaire du tissage des tissus, ont été fermées en 2007, après avoir été reprises pendant une certaine période par une succursale d'Hermès. Plus de bergers, plus de troupeaux. Sur les pentes, il fait, chasse, désaffecté, l'un disparaît après l'autre, progressivement effacé par le passage des sangliers. Saint-Pierre-de-Colombier, la belle endormie, n'a plus d'école. Le tableau d'affichage municipal est devenu le champ de la confrontation pacifique entre "pour" et "contre". Selon l'annonce de l'été "Chères, vous perdez", le communiqué de presse du préfet de l'Ardèche qui spécifie que l'ordre religieux est en règle avec l'autorité environnementale, est conforme aux dispositions du code de la loi sur l'environnement et les eaux, il a répondu début septembre à l'article de la loi Canard en chaîne à partir de fin août. Tous en faveur du projet, les élus locaux ont vu l'opportunité économique découlant du projet de la famille missionnaire. Les Amis de Bourges ont répondu et ont montré sa "réaction" à cette affirmation. Dans le contexte de cette bataille par l'affiche, la magistrate, tenue à l'automne 2017, devant le tribunal administratif de Lyon, qui a rejeté toutes les demandes des adversaires. Une pilule qui ne passe pas.

La hauteur du ciel, qui entrave aujourd'hui les progrès de la construction, n'est pas la loi des hommes, mais celle de l'Église. La communauté religieuse aurait obtenu l'accord de l'évêque pour le début des travaux à partir du 26 septembre 2015. "Je serai heureux de venir la bénir"Mgr Jean-Louis Balsa, évêque de Viviers, a rappelé à cette occasion qu'il était à l'origine de la construction d'une église à Sophia Antipolis (Alpes Maritimes), où il a exercé les fonctions de pasteur jusqu'en 2001. Mais l’autorisation formelle tardive à venir et, à ce jour, n’a pas été donnée. De retour à la réunion de 2015, le prélat trotte en contact: "Je n'ai pas compris que c'était une église." Il semblait plus urgent d'organiser un camp de jeunes à Vintimille pour aider les migrants en 2017. Après plusieurs années et malgré la constitution d'un dossier soumis au conseil presbytéral, Mgr Balsa n'a toujours pas donné son accord. Dans sa dernière lettre datée du 26 mars 2019, qu'il a adressée au père Bernard, il a demandé à consulter à nouveau le conseil presbytéral. Pourquoi ces tergiversations?

"Les pressions qu'il reçoit peut-être? Pour être honnête, nous ne comprenons pas " demande à son frère Clément-Marie. Il est vrai que l'influence de la famille missionnaire en Ardèche et la richesse lors du pèlerinage de Notre-Dame-des-Neiges suscitent des jalousies dans le diocèse de Viviers, dont la longue tradition d'oeuvre catholique survit à peine à la christianisation. "La construction d'églises reste rare en France" déplore le frère Benoît qui se souvient de la leçon de Benoît XVI au Collège des Bernardins de 2008. "Construire une église, c'est ramener la civilisation au cœur du désert"il conclut.

En Ardèche, les anticléricaux s'opposent à la construction d'un clocher | Tchat rencontre
4.9 (99%) 69 votes
 

Laisser un commentaire