Dans le Cantal, l'Université inter-âge de Haute-Auvergne cultive savoir et amitié – Aurillac (15000) | Plan cul gratuit



Plan Cul près de chez toi !

Tu trouveras sur ce site :

  • Des centaines de filles chaudes près de chez toi
  • Des rencontres d'un soir uniquement pour le Sexe
  • Des Coquines qui n'attendent que ça !

Pour ce rendre sur le site, Cliquez sur le bouton ci-dessous :

























Il n'y a pas d'âge pour apprendre. L'Université Inter-Ages des Hautes-Auvergne (UIHA) compte deux nonagénaires parmi ses étudiants. Ouvert à tous et aussi aux jeunes, essayez de les attirer avec des activités gratuites jusqu’à 25 ans. Cependant, ce sont les retraités, les plus nombreux, qui suivent les enseignements, les conférences, les découvertes du patrimoine …, proposés par cette association fondée en 1993.

Soif d'apprendre

La soif de savoir est forte et aussi la nécessité de l'éteindre. L’UIHA comptait 500 membres l’année dernière. "J'ai toujours voulu dessiner, mais il me manquait la technique, j'avais besoin de conseils. Quand j'ai vu qu'il y avait des leçons avec Sophie Delprat, je suis venu". Pendant trois ans, une fois par semaine, Sophie Avons quitte son village de Chastel-sur-Murat pour passer la journée à l'UIHA d'Aurillac où elle pratique le dessin et la peinture. "C'est bien de faire des choses avec les autres, de parler de peinture et de la vie", dit-il.
Son camarade de classe, Didier Rongier, apprécie cette petite parenthèse hebdomadaire. "Deux heures, passe vite", sourit-il. La fin de sa vie professionnelle et le temps libre qui l'accompagne lui ont permis de renouer avec une passion mise de côté. "Jusqu'à l'âge de 20 ans, j'aimais dessiner, peindre. Ensuite, au travail, les enfants ont fait que j'arrête tout. Je pensais que lorsque je prendrais ma retraite, j'irais en cours. Didier Rongier a fait le grand pas il y a deux ans.
En plus d'apprendre, ces cours ont stimulé son ouverture d'esprit. "Ce séminaire m'a appris à regarder les choses différemment. Aujourd'hui, j'aime découvrir le travail des autres, je vais à des expositions, ce que je n'avais jamais fait auparavant."
Quand la pension est arrivée, Paul Jalbert a voulu rester actif. Depuis 20 ans, il a trouvé quelque chose à faire à l'université. Cette année, il a rejoint la généalogie, entre autres. Ce qui est loin d’être un passe-temps banal:

"Aller à des séminaires est un point de référence, marquant le moment de la semaine."

Paul Jalbert (membre depuis 20 ans)

En plus d’enseigner, cet Arpajonnais en trouve beaucoup plus. Ce qui me motive, c'est le contact avec les autres. UIHA elle-même prétend être un lieu de socialité. "Quand on part à la retraite, on laisse des amis au travail, c'est bien d'aller dans un endroit comme l'université inter-âge car on va trouver des gens de différents horizons. On se fait de nouveaux amis, c'est très agréable et important", a déclaré Paul Jalbert, Pendant six ans, il supervise également une étude photographique en 3 D. "C'est bien que d'autres apprécient ma passion" dit le volontaire. Comme lui, beaucoup de ces anciens trouvent un certain équilibre personnel dans les bancs de cette université interethnique.
Comme Monique, retraitée depuis 10 ans. Elle, qui "n'avait pas d'appétit" pour la peinture, fut totalement surprise de jouer pendant les cours de Sophie Delprat, professeur de peinture. "Il a la pédagogie, le nécessaire et n'a pas le genre de complaisance que nous avons avec l'ancien". En plus d'ouvrir d'autres champs de possibilités, il continue d'apprendre encore dans la vie.

"Lorsque nous ne travaillons plus, si nous ne faisons pas d'effort, nous pouvons ronronner rapidement et commencer à faire le ménage, la gymnastique, ce n'est pas assez pour moi!"

Monique (Retraité depuis 10 ans et membre de l'UIHA)

Devenir riche en connaissances et le partager est ce qui l’inspire. "Avec mes petits-enfants, la relation n’est pas à sens unique. Je ne suis pas seulement intéressée par leur vie, mais aussi par moi. Parce que, ce que j’apprends, je peux partager avec eux. J'ai des choses à partager et à leur enseigner! Même à la retraite, Monique a le sentiment de jouer un rôle dans la société et dans la famille.

Pratique. Trente séminaires sont offerts au cours de l'année. L’UIHA propose également des conférences, des voyages "connaissance du patrimoine" dans le Cantal, ainsi que des voyages. La prochaine aura lieu en Crète, en avril. En novembre 2020, un voyage à Vienne est prévu. Informations et programmes sur le site internet de l'association.

Membres:
L’année dernière, l’Université Intergouvernementale de Haute-Auvergne comptait 500 membres: 460 étaient inscrits à Aurillac et les autres diffusés sur Maurs (*).
Une augmentation d'environ 4% des inscriptions, toujours en cours, a été constatée simultanément par rapport à l'année dernière. Les membres sont principalement des retraités, soit 92% de ses effectifs. Cependant, l'UIHA étant ouverte à tous, elle s'efforce d'adapter certains séminaires aux ressources, soit 8% de ses membres. En outre, il propose des activités gratuites pour les jeunes de moins de 25 ans. Le pourcentage de femmes domine parmi les membres, puisqu'ils représentent 76%.
(*) L’UHAI dispose également d’antennes à Mauriac et à Murat proposant une série de conférences. Toutefois, les antennes de Riom-ès-Montagnes, Pierrefort et Saint-Flour sont plus ou moins dormantes.

Photo: Jérémie Fulleringer

Dans le Cantal, l'Université inter-âge de Haute-Auvergne cultive savoir et amitié – Aurillac (15000) | Plan cul gratuit
4.9 (99%) 69 votes
 

Laisser un commentaire