Congo-Kinshasa: Établissement d'un plan d'action commun en matière de sécurité pour traquer les groupes armés (Conseil de sécurité) | Rencontre sexe



Plan Cul près de chez toi !

Tu trouveras sur ce site :

  • Des centaines de filles chaudes près de chez toi
  • Des rencontres d'un soir uniquement pour le Sexe
  • Des Coquines qui n'attendent que ça !

Pour ce rendre sur le site, Cliquez sur le bouton ci-dessous :

























Au total, cinq gouverneurs des provinces de l'est de la République démocratique du Congo ont pris part au Conseil de sécurité nationale qui s'est tenu mercredi 9 octobre 2019 à Bukavu, capitale de la province du Sud-Kivu.

Le chef de l'Etat, Felix Antoine Tshisekedi, qui présidait le Conseil de sécurité, a chargé les gouverneurs des provinces de l'Est de mettre en œuvre un plan d'action commun en matière de sécurité visant à traquer tous les groupes armés nationaux et étrangers. présent dans le pays. zone

Les discussions ont porté sur les causes de l'insécurité et sur les solutions à appliquer pour que la paix revienne dans les provinces du Nord-Kivu, du Sud-Kivu, de l'Ituri, du Maniema et du Tanganyika, où des groupes armés sont toujours présents. activement.

Dès le début, Felix Tshisekedi a rappelé pour la première fois à ces cinq gouverneurs des provinces actuelles à Bukavu, des fonctions attribuées à tous les gouverneurs du pays, lors de la Conférence des gouverneurs tenue en juillet 2019 à Kinshasa, où le Président de la République avait demandé aux gouverneurs des 26 provinces de la RDC de placer l'homme congolais au centre de toutes les préoccupations, rétablissant la paix et l'autorité de l'État dans les différentes entités qui représentent le pays

"J'annonce le renforcement des forces armées de la République démocratique du Congo et de la police nationale congolaise afin de concrétiser mon engagement en faveur de la paix dans tout le pays. Vous qui me représentez dans vos provinces respectives, vous devez accompagner mes idées pour la paix Félix Tshisekedi a donné des instructions aux 5 gouverneurs présents qui ont pris part à cette réunion de sécurité.

Besoin d'un nouveau plan d'action

Dans le passé, plusieurs opérations militaires ont déjà été lancées dans toutes ces provinces, mais la situation en matière de sécurité ne semble pas évoluer de manière positive. C'est pourquoi, après avoir fait le point sur la question, un nouveau plan d'action commun a été proposé, comprenant des actions à mettre en œuvre pour assurer la paix dans les provinces concernées.

Le ministre de la Défense nationale et des anciens combattants, le ministre d'État chargé de la décentralisation et des réformes institutionnelles et le vice-premier ministre de l'Intérieur, de la Sécurité et des Douanes qui a participé à cette réunion, enrichit ce plan d'action 39, action commune qui mènera à la chasse aux groupes armés dans le Nord-Kivu, dans le Sud-Kivu, en Ituri, au Maniema et au Tanganyika.

Conseils pour postuler

Plusieurs actions entreprises sont des recommandations et des tâches de cette réunion, que les dirigeants provinciaux devront appliquer dans leurs entités respectives.

"Un plan de démobilisation et de désarmement, présenté le plus tôt possible, avec des indications sur les coûts, les stratégies et les plans de réintégration et de réintégration, ainsi que des ressources financières substantielles, sera mis à la disposition des gouverneurs des provinces concernées afin de rendre efficace le plan de démobilisation et de désarmement la gestion des provinces et l'administration d'entités territoriales décentralisées et décentralisées ", a déclaré le ministre de la Défense, Aimé Ngoy Mukena, qui a lu le compte rendu de la réunion.

Il a ajouté que des moyens logistiques importants sont disponibles pour renforcer l'autorité de l'État

Renforcer le pouvoir judiciaire

La question du soutien du pouvoir judiciaire en matière d'équipement et du renforcement du nombre de magistrats dans les provinces afin de leur permettre de bien remplir leur mission, a également été l'un des éléments de discussion du Conseil de sécurité. .

Il a été décidé d'identifier les tireurs impliqués dans la manipulation de groupes armés afin de répondre de leurs actes devant les tribunaux. Cette identification doit être faite par les services de renseignement et nous demandons aux différentes communautés de collaborer avec ces services pour couper cette chaîne d’insécurité dans l’est du pays ", selon le communiqué final qui a sanctionné le Conseil de sécurité.

Les problèmes spécifiques de certaines entités telles que Beni dans le nord de la province du Nord-Kivu et Minembwe dans les hauts plateaux du Fizi du Sud-Kivu ont été au centre de cet échange. Des armées et des policiers congolais ont également assisté à la réunion.

Le chef de l'Etat affirme attendre la mise en œuvre des mesures adoptées et exhorte les gouverneurs des provinces concernées à œuvrer dans l'intérêt de la population tout en réaffirmant son soutien.

Theo Ngwabije, gouverneur du Sud-Kivu, Jean Bamanisa de l'Ituri, Zoé Kabila de Tanganyika et Augustin Musafiri de Maniema ont pris part à ce Conseil de sécurité. La province du Nord-Kivu était représentée par Jean-Bisco Sebishimbo, ministre provincial chargé de l'administration du territoire.

D'autres conseils de sécurité sont attendus dans les prochains jours, dans d'autres provinces du pays, pour discuter de questions de sécurité.

Congo-Kinshasa: Établissement d'un plan d'action commun en matière de sécurité pour traquer les groupes armés (Conseil de sécurité) | Rencontre sexe
4.9 (99%) 69 votes
 

Laisser un commentaire