Lubrizol à Rouen: début de l'enquête de terrain, 130 plaintes déposées | Célibataire chat gratuit



Plan Cul près de chez toi !

Tu trouveras sur ce site :

  • Des centaines de filles chaudes près de chez toi
  • Des rencontres d'un soir uniquement pour le Sexe
  • Des Coquines qui n'attendent que ça !

Pour ce rendre sur le site, Cliquez sur le bouton ci-dessous :

























Quelles sont les causes et l'origine de l'incendie de l'usine de Lubrizol? Les enquêtes ont débuté mardi sur le site de Rouen, alors que 130 plaintes avaient déjà été déposées par des résidents, des entreprises ou des communes touchées par les conséquences de cette catastrophe.

"La persistance de points chauds sur les sites concernés n'a pas encore permis d'obtenir les résultats sur le terrain", a déclaré l'avocat de Paris, Remy Heitz, dont le service de santé publique a repris ses investigations en raison de leur complexité et # 39; accident.

Les résultats sur le site seront réalisés par 13 enquêteurs de la gendarmerie nationale (dont six experts en incendie). Des policiers de l'Oclaesp (Office central de lutte contre l'environnement et la santé publique) et de la police judiciaire seront également présents. "Ces opérations dureront plusieurs jours", a déclaré le procureur.

Jeudi 26 septembre, un grand incendie détruit à Lubrizol, une société de produits chimiques a classé le seuil élevé de Seveso, 5 253 tonnes de produits chimiques. L'incendie a également touché trois entrepôts situés à proximité de Normandie Logistique, qui a stocké plus de 9 000 tonnes de produits sur son site. Mais nous ne savons pas encore quels produits ont été brûlés, ni leur quantité.

La société Lubrizol, basée sur "la vidéosurveillance et les témoins oculaires", a déclaré la semaine dernière que l'incendie avait probablement commencé sur son site.

Samedi, dans une interview accordée à Paris-Normandie, le directeur général de Normandy Logistique, Christian Boulocher, avait répondu qu '"jusqu'à présent, rien n'indique que" l'incendie "aurait pu disparaître de chez lui".

"En principe, ils (les industriels) devront prendre en charge tous les dommages causés par cet incendie (… y compris les dommages causés aux agriculteurs", a déclaré la ministre de la transition écologique, Elizabeth Borne, à propos de RMC / BFM, rappelant le principe du "pollueur payeur".

Les résultats de l’enquête qui a débuté mardi sont donc très attendus pour déterminer où l’incendie a commencé… et qui paiera la facture.

– nouvel événement –

À la suite de l'incendie, qui a répandu une odeur désagréable dans toute la ville et éliminé un grand nuage noir de 22 km de long sur six de large, diffusant de la suie le long de la route, environ 130 plaintes ont été présentées.

Les plaignants ont des "profils très différents". De "l'embarras respiratoire" au "fermier qui a dû voir toute sa récolte mise en ondes", a déclaré mercredi à France Bleu Normandie Me Jonas Haddad, avocat de Rouen, qui avait regroupé des dizaines de plaintes.

Le maire socialiste de Rouen, Yvon Robert, a annoncé mardi qu'il déposerait une plainte "dans les prochains jours" au nom de la ville de Rouen et de la métropole.

Des odeurs désagréables continuent de se faire sentir dans la ville, notamment 160 barils de produits chimiques endommagés, toujours présents sur le site de Lubrizol, dont l'évacuation pourrait commencer le 17 octobre avec un système de confinement en construction. Les autorités ont annoncé mardi lors d'une conférence de presse.

Outre la source de l'incendie, de nombreuses questions subsistent quant aux conséquences de la catastrophe sur la santé.

Vendredi, des analyses complémentaires sont attendues sur les fermes survolant le nuage et actuellement soumises à des restrictions. Celles-ci couvrent actuellement une centaine de communes en Normandie et dans les Hauts-de-France, soit environ 3 000 agriculteurs disposant d'au moins une parcelle dans l'une des communes concernées.

Dimanche, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a qualifié de "très rassurante" la première analyse d'une possible contamination de produits alimentaires par des dioxines.

Mardi soir, une nouvelle manifestation a eu lieu à Rouen, qui a attiré 750 personnes selon la préfecture et 1 700 selon la CGT. Parmi les signes: "2013, 2019 … avec Lubrizol nous n'avons pas de bol" ou "Arrêtez de fumer, nous ne sommes pas des jambons".

"Je suis ici pour la santé des citoyens et en particulier des étudiants", a déclaré Myriam Bakkali, 61 ans, enseignante en technologie à l'université. "Les malaises, les maux d'estomac, les maux de tête et les odeurs persistent chez les étudiants comme chez les enseignants", a-t-il déclaré.

AFP

Lubrizol à Rouen: début de l'enquête de terrain, 130 plaintes déposées | Célibataire chat gratuit
4.9 (99%) 69 votes
 

Laisser un commentaire