Suicides paysans, le monde rural au bord du précipice | Tchat rencontre



Plan Cul près de chez toi !

Tu trouveras sur ce site :

  • Des centaines de filles chaudes près de chez toi
  • Des rencontres d'un soir uniquement pour le Sexe
  • Des Coquines qui n'attendent que ça !

Pour ce rendre sur le site, Cliquez sur le bouton ci-dessous :

























Karoll Petit, photographe, a travaillé plusieurs mois sur le suicide paysan. Sa passion pour le monde agricole a commencé avec quelques éleveurs de moutons à proximité. "J'ai aimé la vie, je les ai photographiés pendant deux ans" Elle dit.

Par conséquent, son intérêt pour "Ces métiers sont essentiels à la vie car ils nous nourrissent" il n'a pas hésité. Pour cet auteur, "Le travail des agriculteurs devrait être évalué et non montré par tous ceux qui dénoncent aujourd'hui l'utilisation inappropriée de produits phytopharmaceutiques. Ils sont eux-mêmes pris dans une marche et victimes de cette course à effectuer, Vous rapportez.

► Ce producteur de plantes médicinales dans le Maine et Loire il s'est pendu dans son garage à l'âge de 47 ans. Installé en 2000 en tant que producteur laitier, il a dû cesser en 2011 parce qu'il ne disposait pas de suffisamment d'argent pour satisfaire aux nouvelles normes en matière de santé. Il est devenu cultivateur de plantes médicinales, mais ce n’était pas rentable et il l’aimait beaucoup moins.

Damien Dutreuilh, survivant de la grippe aviaire

Il découvre le malaise des paysans, souvent lié à des difficultés économiques, près d'Angers où il habite. "La chose la plus surprenante était de comprendre le nombre important de suicides, en lisant notamment la presse agricole." Les agriculteurs et les travailleurs agricoles ont un risque plus élevé de décès par suicide que la population en général.

► À l'âge de 51 ans, Raymond, producteur laitier en Loire-Atlantique, il s'est pendu à 5h45 à la ferme. Poussé par des contraintes économiques, il avait travaillé avec d'autres agriculteurs pour agrandir sa ferme. La quantité de travail et un désaccord avec ses associés ont causé sa perte.

Une chaise vide pour le symbole

Pour être témoin de cette réalité qui touche toutes les régions, le photographe, âgé de 37 ans, choisit d'utiliser une chaise. "Sur chaque ferme, je vous demande de placer cet objet dans un endroit qui symbolise la personne disparue, Elle dit. Avec une chaise vide, vous sentez toujours une présence. Cette idée est plutôt bien reçue. Cela permet à ceux que je rencontre d'éviter d'être dans l'image. "

Certains ne savent pas où placer cet objet, d'autres le mettent exactement sur le site du suicide ou dans un lieu de travail emblématique – "Quand j'y pense, c'est là que je le vois".

► Jean-Pierre, producteur laitier dans le golfe du Morbihan, il est mort à cet endroit avec une balle dans le cœur, Lost était son chien. Il avait 46 ans et vivait dans une ferme laitière avec son frère. Avec la fin des quotas en avril 2015, ils se sont trouvés dans une grande difficulté financière.

Éleveur de vaches laitières, le bonheur d'Éric Favre est dans le pré

Karoll Petit se souvient particulièrement d'un chien, Lost: "Pendant le tournage, j'ai placé la chaise derrière l'animal étiré, à environ trois mètres. Quand je me suis mis en position de cadrer la photo, il s'est levé et je me suis dit:" "En fait, il s'est assis à côté de la chaise, face à moi. Cette image m'a offert comme s'il sentait que je faisais quelque chose pour son maître."

► À 53 ans, Pierric, un agriculteur de la Loire Atlantique, il a sauté dans l'étang, devant la maison. Il avait une ferme où il cultivait du blé, des vignes et des haricots. Il n'avait pas de problèmes d'argent mais travaillait beaucoup: 17 heures par jour pendant les semailles. Sa fatigue chronique a entraîné des accidents de travail et une dépression.

Le suicide, un problème tabou

La principale difficulté de ce travail photographique est de faire parler les familles touchées. Le suicide est un problème tabou à la campagne, mal vécu par les personnes concernées.

De plus, un événement aussi grave signifie souvent, à long terme, la fin d'une exploitation où plusieurs générations ont investi. "Tout le monde est en colère contre un système économique qui les pousse à produire et à travailler de plus en plus fort, jusqu'à l'épuisement et la dépression" dit le photographe.

Karoll Petit a assisté avec beaucoup d'émotion aux rencontres avec ces familles en deuil. "Ils m'ont tous remercié de pouvoir parler à quelqu'un en dehors de la communauté agricole qui s'intéresse à leur vie sans le juger. Ils souffrent de deuil mais aussi d'une immense solitude."

Suicides paysans, le monde rural au bord du précipice | Tchat rencontre
4.9 (99%) 69 votes
 

Laisser un commentaire