La pauvreté en Alsace: où en sommes-nous un an après le lancement du plan gouvernemental? | Plan cul



Plan Cul près de chez toi !

Tu trouveras sur ce site :

  • Des centaines de filles chaudes près de chez toi
  • Des rencontres d'un soir uniquement pour le Sexe
  • Des Coquines qui n'attendent que ça !

Pour ce rendre sur le site, Cliquez sur le bouton ci-dessous :

























"Réduire la pauvreté en une génération". Le 13 septembre 2018, lors du lancement de son grand plan de lutte contre la pauvreté, l'ambition affichée par Emmanuel Macron est claire et ambitieuse. Le chef de l'Etat envisage de se consacrer 8,5 milliards d'euros à la réduction des inégalités.

Une série de mesures sont annoncées, avec la lutte contre la pauvreté des enfants (distribution de petits-déjeuners gratuits dans les écoles, création de crèches dans des quartiers dits sensibles, etc.), encouragement à la retour au travail, avec la création d'un service d'insertion public (extension du bonus d'activité, meilleur support à l'emploi des bénéficiaires du RSA, …). Ou une meilleure gestion des avantages sociaux, avec la création d’un revenu universel d'activités, qui combinerait différents services et serait géré par l’État.

Un an plus tard, comment ce plan a-t-il été mis en œuvre en Alsace? Y a-t-il des progrès? Quelles sont les priorités aujourd'hui? Éléments de réponse.

Qui est pauvre en Alsace?

Y a-t-il moins de pauvres aujourd'hui qu'il y a un an? Selon les associations qui aident les pauvres, qui accueillent et soutiennent plus de bénéficiaires chaque annéepas. Une évolution difficile à quantifier dans les chiffres officiels, car ceux sur lesquels nous pouvons travailler nous sont communiqués par l'Insee, qui gère ses statistiques sur de longues périodes de plusieurs années.

Par conséquent, le dernier rapport sur les données sur la pauvreté, publié en 2016, est basé sur les données compilées pour l'année 2015. À cette date, le seuil de pauvreté en France, calculé par l'INSEE à partir du salaire médian, est fixé à 1026 euros de revenu par mois pour une personne et 2024 euros pas mois pour une famille avec deux enfants.

En alsace, 13,1% de la population gagnez moins que ce montant tous les mois et est donc considéré comme rare. Une situation qui touche particulièrement les jeunes – 21,1% des enfants de moins de 30 ans vivent en dessous du seuil de pauvreté – et les familles monoparentales – près du tiers de ces familles sont inquiètes.

L'emploi ne garantit pas d'échapper à la pauvreté, car près d'un travailleur sur dix est en situation de pauvreté, selon les critères de l'Insee. Cela concerne beaucoup de personnes ayant une activité professionnelle réduite (emplois occasionnels, à temps partiel …). Ces chiffres sont en dessous de la moyenne nationale (14,1% de la population française vit en dessous du seuil de pauvreté, ce qui représente près de 9 millions de personnes), mais reste en augmentation constante.

Quels progrès en 2019?

En ce qui concerne la lutte contre les inégalités dès son plus jeune âge, le chef de l'Etat a lancé l'idée de l'étendre la distribution de petits déjeuners gratuits dans les écoles pour que les enfants ne commencent pas la journée sans manger: 99 écoles maintenant l'offre dans la région.

Toujours dans l’idée de soutenir les familles, l’institution de "points de conseil budgétaire", apprendre à gérer des budgets serrés et à ne pas sombrer dans la spirale de l’endettement excessif. Ces lieux de rencontre et de conseil existent à Strasbourg, Niederbronn-les-Bains, Haguenau et Mulhouse.

L’emploi est au centre des préoccupations, la bonus d'activité, qui soutient les travailleurs à faible revenu et les encourage à continuer à travailler, même de petite taille, a été élargie: 107 627 Alsaciens y ont droit, soit 29 516 de plus depuis le début du plan de lutte contre la pauvreté.

Et maintenant?

Pour continuer le travail commencé, le gouvernement a nommé un haut commissaire pour la lutte contre la pauvreté dans chaque région, sous la responsabilité des préfets. Au Grand Orient, c'est Francis Bouyer, qui sera responsable de la mise en œuvre de la stratégie nationale sur le territoire, laissant la place aux initiatives locales, en association avec des associations et des élus.

Il s'agit de continuer à distribuer les appareils déjà testés, tels que les petits-déjeuners gratuits à l'école, ou de mettre en place des "points de conseil budgétaire" (voir ci-dessus). Deux projets ils doivent avoir la priorité, fera l’objet de consultations nationales dans les prochains mois: le revenu universel des activités, qui devraient combiner différents avantages sociaux pour rationaliser leur gestion par l’État et le développement du service public d’insertion.

A ce sujet, la mission menée par le président du conseil départemental du Bas-Rhin, Frédéric Bierry, sur le soutien aux bénéficiaires du RSA, servira de feuille de route. Les deux départements alsaciens sont à la pointe de cette problématique, avec des initiatives qui fonctionnent, telles que l’accumulation de RSA et le salaire des bénéficiaires qui répondent aux offres saisonnières des vignerons lors de la récolte.

La pauvreté en Alsace: où en sommes-nous un an après le lancement du plan gouvernemental? | Plan cul
4.9 (99%) 69 votes
 

Laisser un commentaire