Espagne: le socialiste Pedro Sanchez prêt à ouvrir les portes du budget pour rejoindre Podemos – International | Plan cul



Plan Cul près de chez toi !

Tu trouveras sur ce site :

  • Des centaines de filles chaudes près de chez toi
  • Des rencontres d'un soir uniquement pour le Sexe
  • Des Coquines qui n'attendent que ça !

Pour ce rendre sur le site, Cliquez sur le bouton ci-dessous :

























Les négociateurs du Parti socialiste espagnol et du Parti radical de gauche Podemos auraient dû entamer jeudi des discussions sur le programme commun progressiste présenté par Pedro Sanchez, président du gouvernement espagnol. Si aucun accord n’est conclu avant le 23 septembre, de nouvelles élections législatives auront lieu le 10 novembre.

Pedro Sanchez doit trouver une majorité parlementaire avant le 23 septembre pour éviter un retour aux urnes. Le socialiste espagnol, qui a disparu du radar après son intronation incapable le 25 juillet, semble enfin prendre le taureau par les cornes.

Le président du gouvernement a présenté en début de semaine "un programme et un accord de gouvernance progressive" destiné à satisfaire Podemos, la gauche radicale de Pablo Iglesias, dont il souhaite devenir le partenaire privilégié. . Avant qu'une réunion au sommet puisse avoir lieu, les discussions entre les deux parties autour de 370 mesures présentées par le dirigeant du Parti socialiste ouvrier (PSOE) devaient commencer ce jeudi.

Pedro Sanchez propose, à la consternation des organisations d'employeurs, d'éliminer les réformes du marché du travail et les retraites de Mariano Rajoy, son prédécesseur de droite; réévaluer les pensions et les salaires minimums; augmenter les coûts de santé et d'éducation; contrôler les loyers en flèche … Selon les estimations, son programme coûterait entre 30 et 36 milliards d'euros par rapport au législateur et serait financé par l'introduction d'un taux d'imposition minimal de 15% pour les entreprises ( 18% pour les banques et les sociétés d’énergie), la création d’une taxe sur les transactions financières, le renforcement de la fiscalité verte, etc.

Alors qu'il admettait initialement que certaines mesures "sonnaient bien" à ses oreilles, Pablo Iglesias a durci son ton jeudi, se plaignant de "recul". Le chef de Podemos continue à insister seul sur les ministères, tandis que Pablo Sanchez ne veut plus connaître le gouvernement de coalition. En échange du soutien parlementaire des 42 représentants de la gauche radicale, il ne lui offre que la "responsabilité" du chef des organes de l'Etat, tels que le poste de défenseur du peuple, le président du Centre de recherche sociologique et la Commission du marché national des valeurs mobilières. Pour rétablir la confiance avec Podemos, propose d'établir un "système de contrôle strict" pour l'application du "programme commun", en plus des commissions de suivi parlementaires.

Cher soutien. "Nous ne partageons pas la conception patrimoniale du pouvoir des socialistes", nous faisons face à Pablo Iglesias pour qui "le problème est Sanchez". "C’est quelque chose en lui qui l’empêche de comprendre qu’il doit partager les responsabilités ou que quelqu'un peut le mettre en Conseil des ministres", se plaint-il. Il accuse le chef du PSOE de vouloir "s'emparer" de tous les sièges et de tout le pouvoir.

Reste à savoir, maintenant, le prix que Pedro Sanchez est prêt à payer. Les contribuables pourraient craindre d'autant plus le pire: pour atteindre le nombre de députés, dans le cas d'un accord PSOE-Podemos, ils auront également besoin du soutien du parti nationaliste basque (6 députés) qui a toujours été en mesure de payer cher son soutien. de ses élus. Et que les quinze représentants de la gauche républicaine catalane (CER) décident de s’abstenir. Cependant, n'ayant pas autorisé un référendum sur l'autodétermination, le leader socialiste a déjà promis de réformer le financement de la Catalogne.

L'Espagne ne le quittera pas si Pedro Sanchez n'est pas placé. Son "programme progressiste" sera probablement publié lors des élections générales.

Espagne: le socialiste Pedro Sanchez prêt à ouvrir les portes du budget pour rejoindre Podemos – International | Plan cul
4.9 (99%) 69 votes
 

Laisser un commentaire