Nantes. Yannick Perrigot, de l'économie de la voile responsable | Rencontre voisin



Plan Cul près de chez toi !

Tu trouveras sur ce site :

  • Des centaines de filles chaudes près de chez toi
  • Des rencontres d'un soir uniquement pour le Sexe
  • Des Coquines qui n'attendent que ça !

Pour ce rendre sur le site, Cliquez sur le bouton ci-dessous :

























Il y a vingt ans, Yannick Perrigot a créé son agence de communication Windreport à Saint-Malo. Journaliste et amoureux de la mer, il est devenu un véritable entrepreneur. Et il ne manque pas d'idées. Avec son équipe, il vient de prendre un nouveau tournant.

Yannick Perrigot est un vrai fan. Quand il commence à parler de son activité de communication, il est difficile de l'arrêter. Le cinquantième anniversaire en sait beaucoup: Windreport "a vingt ans cette année. Depuis sa création à Saint-Malo, la société s’est bien développée. Un changement important s’est opéré ces dernières années.
"Nous devons réhabiliter, innover et prendre des risques, dit son fondateur. Du sport et de la voile, nous sommes passés à des formes d’implication, développant des actions ayant un impact positif sur la société et l’environnement ". Windreport "est devenu Disobey, une entreprise qui veut "Occupé, audacieux et responsable".

Avec une moyenne d'âge de 30 ans et une vingtaine d'employés à plein temps, l'entreprise accompagne ses clients dans une économie responsable. De plus, il ne vit pas des dividendes des actionnaires. "Je suis le seul actionnaire" Yannick Perrigot sourit. Pour survivre, l’entrepreneur doit prendre des risques. Homme exigeant, il a pu tester l’actualité et mener d’autres projets indépendamment de Windreport. Il est devenu directeur de la cantine numérique. Son CV est impressionnant.

Un ancien journaliste de Saint-Malo

"J'ai d'abord été journaliste à Saint-Malo, Il dit. J'ai rencontré des gens là-bas et en 1999, j'ai lancé Windreport "première navigation". Ainsi, une antenne a été ouverte à Paris en 2000 et une autre à Nantes en 2003. "En 2005, nous avions tout rapporté à Nantes, c'était le bon compromis. Les conditions de vie sont meilleures qu'à Paris et je viens de Nantes."

Le travail vise à produire du contenu et à communiquer sur des événements sportifs tels que le Tour de France. "Nous avions des contrats avec l'équipe de football du Stade Rennais ou du Stade Toulousain, en rugby. C'est l'émergence d'Internet et nous avons été l'une des premières agences de presse à surveiller en temps réel."

Nouveau métier

Rapidement, Yannick Perrigot voit qu'il est nécessaire d'aller sur d'autres raisons, notamment parce que les médias ont moins d'argent. Rencontrez les sponsors, sautez l’étape pour produire un contenu à haute valeur ajoutée pour les marques. "Nous avons développé une nouvelle activité: la stratégie de conseil et de communication. Et nous avons intégré le webdesigner".

Les projets se diversifient, avec un certain intérêt pour la communication interne et la narration, ou l'art de raconter une histoire pour attirer l'attention. " J'ai vu que nous pouvions aller au-delà des frontières en nous concentrant sur l'engagement qui nous permet de continuer ". Parce que Yannick Perrigot sait que pour bien communiquer, il faut le faire « Sincérité ».

"Nous sommes presque morts dix fois"

Il travaille désormais pour de grands groupes tels que Total, Orange, Areva, Bel … E Windreport s'est réinventé. "Notre objectif est de donner une cohérence à ce que notre client veut dire, même en désobéissant au progrès. Parce que des entreprises non responsables mourront.

La méthode est simple: rencontrer des entrepreneurs avec des ONG, des associations et des clients. Yannick Perrigot ajoute l'intervention d'experts dans des domaines importants pour lui.

La prise de risque était forte il y a dix ans, mais nécessaire. " Nous avons failli mourir dix fois, 60% de notre chiffre d'affaires dépendait d'une seule entreprise il y a douze ans, elle devait faire la rotation.

Avant de s’installer dans les anciennes salles Alstom, Disbobey intégrera bientôt "Nouveau talent" remarqué par le capitaine du navire. Un navire qui navigue dans des eaux moins turbulentes maintenant. "La voile m'a beaucoup appris, en particulier lors du Vendée Globe, où nous sommes en alerte depuis trois mois. Là, je me dis que j'ai une grande possibilité. Et je sais que je veux travailler pour de grandes causes."

Nantes. Yannick Perrigot, de l'économie de la voile responsable | Rencontre voisin
4.9 (99%) 69 votes
 

Laisser un commentaire